Vos témoignages
sur l'annonce du handicap
------------------------------------------------------

Le 7 septembre 2004, modifié le 22 août 2007 - Christiane - Verrières le Buisson - France

De la maternelle au BEP

J'avais 33 ans et je vivais au Maroc avec mon mari, lorsque je suis tombée enceinte. Que ma joie fut grande à l'idée d'avoir une fille (car j'en étais persuadée) et combien ma grossesse fut magnifique ! Au Maroc, en 1979, les femmes enceintes ne subissaient aucun test (toxoplasmose, échographie...). De plus, à 33 ans, il n'était pas question de subir une amniocentèse !
Le 6 septembre 1979, Julie est née ! L'accouchement avait été long et j'étais épuisée. L'accoucheur n'avait rien vu ! C'est le pédiatre que nous avions convoqué (car au Maroc le pédiatre ne venait que si on le demandait) qui a diagnostiqué la trisomie 21 de Julie. Mon accoucheur n'y croyant toujours pas en a convoqué 2 autres qui ont fait le même diagnostic.
Mon mari a donc été avisé et il a été décidé de me le cacher car je n'aurai pas supporté cette nouvelle. 3 jours après, j'avais Julie dans mes bras, quand tout à coup, j'ai vu qu'elle avait des traits de trisomique.
J'ai alors fait part de mon inquiétude à mon mari, qui a aussitôt essayé de me dissuader. Je lui ai alors demandé d'appeler le pédiatre.....qui n'est jamais venu ! Cette idée m'est complètement sortie de la tête ensuite.
Au début, ma mère et mon mari allaient chez le pédiatre avec Julie. Il avait des paroles très sombres à l'égard de Julie et se montrait très très pessimiste... Puis j'ai pris le relais et petit à petit, le pédiatre me disait que Julie avait des problèmes, qu'il fallait lui faire faire des radios etc... et rois mois plus tard, lors d'une visite, le pédiatre m'a dit : je voudrais voir votre mari car il y a un problème.
J'ai aussitôt pensé au cancer mais plus du tout à la trisomie. A son retour, mon mari m'a annoncé que le pédiatre pensait que Julie était trisomique mais que ce n'était pas du tout sûr et qu'il fallait faire faire son caryotype. Nous avons attendu les résultats un mois.... Et la confirmation est tombée... Mon chagrin a été immense et c'est un ami qui avait lui aussi un enfant handicapé qui m'a donné le courage de me battre en me disant : Christiane, tu ne devras jamais avoir honte de ta fille, tu l'emmèneras partout et tu laisseras tomber les amis qui n'accepteront pas Julie.
A Casablanca, j'ai eu la chance de rencontrer une psychomotricienne extraordinaire. Julie avait 2 ans, elle était propre grâce à mon acharnement et à ma régularité : je la mettais sur le pot même dans l'avion si c'était l'heure... mais Julie ne marchait pas, elle circulait sur ses fesses... Catherine la psychomotricienne a alors pris Julie en mains et lui a appris à ramper, à marcher à 4 pattes puis en station debout et le résultat fut probant. Julie a donc continué à aller plusieurs fois par semaine chez Catherine qui lui a tout appris et qui m'a enseigné sa pédagogie et ses méthodes.
Je continuais donc à travailler avec Julie à la maison. Par exemple, lorsqu'elle ne marchait pas encore et qu'elle rampait, je posais des jouets sur son passage pour la motiver à se déplacer et l'éveiller... Je donnais tellement à Julie que j'étais épuisée... mais ses progrès m'encourageaient. A 2 ans et demi, elle est allée dans une école Montessori où elle a continué à s'épanouir et à progresser. Très vite elle a manifesté le désir de s'exprimer, alors Catherine m'a conseillé de l'envoyer chez une orthophoniste. Ce que nous avons fait. Nous sommes rentrés en France lorsque Julie avait 5 ans.
Elle est entrée en maternelle. La Directrice l'avait mise dans une classe dirigée par une handicapée physique en pensant que cela se passerait mieux. Ce fut une catastrophe et Julie hurlait lorsqu'elle arrivait à l'école. Les autres institutrices ont alors décidé d'aller voir la Directrice afin que Julie change de classe. Ce qui fut immédiatement fait. Ce fut le début d'une trajectoire dont je suis fière. Julie a donc suivi une scolarité parfaitement normale. A la fin de son CP elle savait lire et écrire et compter. Elle a redoublé son CM1 et son CM2. Dans cette école primaire, le Directeur a fait un discours d'adieu qui m'a fait pleurer le jour de son départ. Il parlait des nombreuses années passées dans cette école, que jamais aucune différence n'avait été faite entre les enfants, et qu'à cette occasion il voulait saluer une petite fille qui était le symbole de cette différence parfaitement intégrée, à savoir Julie.
Puis elle a intégré le collège où elle a fait une excellente 6ème et 5ème, puis une mauvaise 4ème (à cet âge là les enfants ne sont pas toujours très gentils) et enfin une 3ème (elle a échoué au BEPC). Actuellement, elle est dans un Lycée professionnel, elle prépare un BEP métiers de secrétariat, elle redouble sa dernière année car en accord avec la direction du lycée, elle a été exemptée du BEP la première année. Elle va donc le passer cette année et qui sait !!! Julie prend ses 3 bus tous les matins pour aller au lycée. Elle apprend l'anglais et l'espagnol. Elle maîtrise parfaitement le traitement de texte (word et excel). Nous lui avons d'ailleurs acheté un ordinateur avec imprimante et scanner depuis l'âge de ses 18 ans.
Julie a 20 ans. Elle est épanouie mais a ses chagrins : elle se dit que c'est parce qu'elle est trisomique qu'elle n'a pas de petit copain. Julie se fait beaucoup de souci pour son avenir, elle se demande quel métier elle pourra faire.


Julie, quelques années plus tard .....


Après une scolarité normale de la maternelle au lycée professionnel,
Julie a passé son BEP métiers de secrétariat en 2002 et elle a réussi !!!!!!!! Combien grande fut notre joie !!!! et celle de ses professeurs ainsi que de la directrice du lycée professionnel de Fontenay aux Roses ! Un grand merci à tous pour votre dévouement et le soutien que vous nous avez apporté ! Ce jour là, Julie et moi étions allées au lycée pour voir les résultats : personne, pas de résultats. Nous sommes reparties très angoissées et déçues.... A 20h, le téléphone sonne à la maison, je décroche et j'entends la directrice et tous les professeurs réunis autour d'elle m'annoncer la bonne nouvelle... Que de larmes de joie versées en chœur ! Nous habitons une ravissante petite ville qui s'appelle Verrières le Buisson (ville de l'écrivain de Louise de Vilmorin et de son compagnon André Malraux qui y a vécu très longtemps, y a été enterré jusqu'à son départ au Panthéon). La mairie de cette ville, le Conseil Général, avec la collaboration de notre association ENSEMBLE HANDICAP a fait construire 7 studios avec kitchenette pour handicapés semi autonomes  en plein centre de Verrières près des commerçants avec la présence chaque soir d'éducateurs qui sont là pour les aider à faire leurs courses (s'ils ne savent pas compter), leur apprendre à faire la cuisine (au rez-de-chaussée se trouve la salle commune où ils peuvent prendre leurs repas le soir s'ils le veulent, laver leur linge car il y a une machine et un sèche linge), à régler les problèmes administratifs, surveiller l'entretien de leur studio, etc. Ils peuvent faire des sorties ensembles s'ils le veulent avec un éducateur. Julie a donc son studio avec balcon, situé près d'un grand jardin, au calme, près du centre. Elle ne sait pas encore faire la cuisine, mais elle entretient bien son studio qui est très bien rangé. Elle a son ordinateur (elle est très bonne en saisie) avec l'ADSL, ce qui lui permet de surfer sur Internet, de correspondre par émail avec ses amis. Elle a un graveur de CD, elle fait donc ses propres CD. Elle a travaillé 4 mois chez Thalès à Rungis, au service juridique et cela s'est fort bien passé. Malheureusement, ils n'embauchent pas en ce moment. Elle prenait ses trois bus chaque jour sans problème pour rentrer à son studio. Actuellement, elle cherche un emploi. Elle a effectué deux stages d'un mois à la mairie de Verrières au service juridique et au service « enfance jeunesse et sport. Depuis 2 ans, elle a un fiancé qui s'appelle Antoine. Ils se voient le plus souvent possible, dès qu'ils le peuvent car il habite à Royan maintenant.... Julie prend le train pour aller le voir avec correspondance à Niort à l'aller et à Angoulême au retour.
J'étais très inquiète, mais j'ai appris qu'au service accueil des gares, il est possible de demander une assistance qui est gratuite et qui fonctionne très bien en général. Julie ayant fait le trajet Paris/Royan plusieurs fois, se débrouille toute seule pour la correspondance. Elle va également régulièrement à Lyon avec le TGV pour voir sa copine Aurélie. Julie fait ses courses toute seule (FNAC, esthéticienne, Marionnaud, Champion, etc.) à Verrières et à Antony (ville voisine) en prenant le bus pour y aller. Elle a son chéquier et sa carte de retrait d'argent. Voilà le message d'espoir que je voudrais donner à tous les parents.
Cet été en Corse Julie a fait son baptême de plongée qu'elle a réussi avec succès, elle est descendue à 6m de profondeur.

Après un chagrin d'amour de quelques mois suite à sa rupture avec Antoine qui était complètement assujetti à sa mère qui décidait de tout : fréquence des visites, durée des visites (parfois autorisées tous les 3 mois seulement) etc. Julie a enfin compris qu'elle n'avait aucun avenir avec Antoine qui était incapable de se débrouiller sans sa mère... Julie a intégré un centre d'accompagnement et d'aide à l'insertion professionnelle pour une durée de 3 ans à l'issue de laquelle, elle doit en principe trouver un job. Elle s'y plaît beaucoup car elle y a beaucoup d'activités (repassage, cuisine, relaxation, sorties culturelles, théâtre, atelier journal) et surtout elle y a rencontré des collègues dans le même cas qu'elle à savoir autonomes mais à la recherche d'un emploi. C'est ainsi qu'elle a rencontré Arnaud, 33 ans, qui vit à Neuilly et qui est autonome. Grâce à lui, Julie a fait encore plus de progrès, car ils se rejoignent à Paris le week-end, Julie prend donc le métro et le RER toute seule pour le rejoindre sur les Champs Elysées où ils passent leur après-midi. Souvent c'est Arnaud qui vient à Verrières pour le week-end. Ils sont très amoureux et j' suis ravie de cette nouvelle relation positive pour Julie car elle ne cesse de progresser !!!!! Elle ne dort absolument plus à la maison mais tout le temps à son studio même le week-end !!!!


Mon adresse émail personnelle est : christiane.daunizeau@free.fr. Vous pouvez me contacter.


Le témoignage précédent

Retour à la liste des témoignages