Vos témoignages
sur l'annonce du handicap
------------------------------------------------------

Le 28 novembre 2002 - Véronique (France)

Nous avons compris tout de suite ce qui se passait.

Roxane est née le 14 août 1994. J'ai eu une grossesse assez difficile (à 4 mois de grossesse, arrêt de travail jusqu'à la fin, piqûres pour que le col ne s'ouvre pas). Puis dans la nuit du 13 au 14 août, je me sentais très anxieuse et pressée que mon bébé arrive. Donc, après quelques contractions, je part à la maternité, persuadée que quelques heures plus tard je tiendrais mon bébé dans mes bras.

Mais malheureusement ce fut un vrai cauchemar, accouchement sans péridurale, en travail pendant 15 heures et en plus au bloc opératoire au cas où il faudrait une césarienne. Alors, Roxane, pour les contrarier, est sortie par les pieds, mais cyanosée et inanimée. Donc, c'est là que j'ai commencée à flipper; une fois que j'ai entendu Roxane crier, je me suis dit, enfin je vais pouvoir la serrer contre moi. Et bien non, ils me l'ont juste montrée quelques secondes et ils voulaient l'emmener en réanimation.

Alors il a fallu que Stéphane et moi insistions pour qu'ils nous l'emmènent au moins dans sa couveuse, et là nous avons découvert notre petit bout, tout emmitouflée dans ses couvertures. Je crois que je n'ai jamais sentie autant de rage que ce soir là, de ne pas pouvoir la tenir contre mon cœur. Puis quand ils l'ont emmenée au service de réanimation, Stéphane et moi nous nous sommes reqardés et avons compris de suite ce qui se passait. Notre fille avait ce petit visage d'ange et à la fois tellement différent des autres bébés.

Puis le lendemain, toujours sans réponse, il a fallu que Stéphane aille faire un scandale auprès du chef de service pour qu'elle nous explique vraiment ce qui se passait, et la, le verdict est tombé : votre fille a une trisomie 21, mais qu'ils allaient faire un caryotype à Roxane pour définir de qu'elle trisomie il s'agissait. Ce fût pour nous un grand choc, car à 25 ans je crois qu'on ne s'attend pas à ce genre d'évènement ; mais je ne peux expliquer pourquoi, nous avons décidé de nous battre pour Roxane, et qu'on resterait soudés pour élever notre bébé. Quand à l'entourage, les réactions ont été partagées, certains nous disaient qu'ils fallait la mettre à la DDASS et en faire un autre de suite, puis d'autres, plus sages nous disaient que nous étions courageux mais qu'eux ne pourraient jamais garder un enfant handicapé.

Ce fût douloureux pour moi d'écrire ça ce soir, mais à la fois tellement satisfaisant quand on vois le résultat huit années après.

vero.delgado@free.fr


Le témoignage précédent                Le témoignage suivant

Retour à la liste des témoignages